Structure Fédérative de Recherche dédiée à la mer et au littoral dans la région Hauts-de-France

Étude des liens entre les efflorescences d’algues nuisibles, la dynamique des communautés phytoplanctoniques marines et les changements environnementaux

LERBL, LOG
Karasiewicz Stéphane, Breton Elsa, Lefebvre Alain, Hernández Fariñas Tania, Lefebvre Sébastien, 2018.  « Realized niche analysis of phytoplankton communities involving HAB: Phaeocystis spp. as a case study ». Harmful Algae, 72: 1–13. https://doi.org/10.1016/j.hal.2017.12.005

Le lien entre les efflorescences d’algues nuisibles, la dynamique des communautés phytoplanctoniques marines et les changements environnementaux sont encore mal connus. Afin d’éclaircir ces liens, les eaux côtières de la Manche orientale ont été utilisées comme étude de cas.

Dans ces eaux, l’amplitude et l’intensité de l’efflorescence des diatomées et de l’algue nuisible, Phaeocystis spp., sont sujet à de grandes variabilités interannuelles potentiellement induites par une diminution progressive et continue des concentrations en sels nutritifs d’origine anthropique, une modification de leurs ratios ou bien une compétition pour les ressources entre les espèces.

Une approche de niche écologique a été utilisée en étudiant la dynamique des sous-niches réalisées des espèces phytoplanctoniques durant des événements de fortes (H) et faibles (L) abondances annuelles de Phaeocystis spp. L’étude de ces contrastes a permis de dégager les conditions environnementales et les espèces de diatomées caractéristiques de ces événements. En particulier, des évolutions saisonnières différentes en salinité, en turbidité et en concentration des sels nutritifs ont été observées.

Dans les deux cas, les conditions environnementales étaient favorables à Phaeocystis spp mais cette espèce a été sujette à une forte compétition pour les ressources avec certaines espèces de diatomées présentes durant la condition L. En revanche dans la condition H, les efflorescences de Phaeocystis spp ont pu être fortes malgré la présence d’un plus grand nombre d’autres espèces de diatomées.

Les résultats suggèrent fortement que les interactions abiotiques et biotiques devraient être considérées simultanément dans les futures études d’efflorescence d’algues nuisibles en incluant le reste de la communauté phytoplanctonique.